Les voeux de fin d'année, pas une simple question de cartes...

La carte de voeux : important ?

Les fêtes de fin d’année approchent et il sera donc bientôt temps d’envoyer les traditionnelles cartes de vœux. Un geste qui n’est pas à négliger car la carte de vœux est un support qui touche l’affectif. C’est un moyen de communication efficace, trop souvent considéré à tort comme « la corvée de fin d’année ».

IMG 20171123 120643Au départ utilisée principalement au sein de la famille et entre amis, elle est devenue depuis 50 ans un outil de communication à part entière pour les entreprises et les institutions et, plus récemment, pour les associations.

Elle constitue une très belle occasion de reprendre contact avec vos affiliés, partenaires, de les remercier pour leur fidélité… mais avant tout, elle permet de valoriser l’image de votre association, de diffuser les valeurs sur lesquelles se fonde votre asbl.

Car le moment des fêtes est par nature propice à plus de citoyenneté, d’humanisme et de solidarité. Pour les asbl, c’est donc un moment privilégié pour parler d’elles, des enjeux, des valeurs et des actions qui les animent, et ce, auprès de leurs partenaires, de leurs membres, de leurs collaborateurs, de leurs publics spécifiques.

C’est parfois aussi l’occasion de se reposer de bonnes questions sur ses propres valeurs, ses motivations, et ses aspirations, de refaire le tour de la question en équipe et de mener un véritable travail de réflexion en profondeur.

Cependant, le budget de fin d’année sera vite englouti si l’on tient compte des divers coûts liés à la création et à l’envoi de cartes de voeux : impression, timbres, coûts en ressources humaines... Nombreuses sont alors les associations qui «zappent» cette démarche par faute de moyens, ou par souci d’économie.

Certains cèdent à la tentation de l’email ou de la carte virtuelle pour adresser leurs vœux à leurs membres ou à leurs équipes.

Aujourd’hui, plusieurs questions se posent : vaut-il mieux envoyer une carte virtuelle ou faut-il absolument privilégier la carte traditionnelle en papier ? Quel format envisager ? Le message doit-il être donné sur un ton léger - fêtes obligent - ou peut-il au contraire faire réfléchir et sensibiliser ?

Inform’Action fait avec vous le topo de la situation et ouvre la réflexion...

Concrètement, vous retrouverez dans ce document :

  • une description du public 
  • les objectifs visés 
  • des astuces, des exemples, des conseils, des pistes de réflexion sur les cartes de voeux

Votre eMail(*)
Entrée non valide
  Merci d'indiquer votre eMail pour recevoir le lien de téléchargement de notre outil
*Votre adresse e-mail est demandée à des fins purement statistiques et ne sera pas utilisée à des fins commerciales ou communiquée à un tiers.


Exemples de cartes de voeux virtuelles réalisées par Inform'Action

 voeux IA 20171   metea anim 16 final


Quelques pistes pour lancer le débat

  • Si les voeux de fin d’année sont si importants pour l’image des asbl, comment expliquer qu’elles s’y prennent souvent au dernier moment ?
  • Les cartes de voeux virtuelles, moins chères, plus pratiques et directes, vont-elle faire disparaître les cartes de voeux papier ?
  • Les cartes de voeux virtuelles sont-elles si écologiques que ça ? Avec l’usage du mail et la consommation électrique induite par les serveurs et les routeurs, peut-on vraiment croire que les cartes de voeux électroniques sont neutres en matière de bilan carbone ?
  • Dans la mesure où tout le monde reçoit la consigne d’être original dans ses cartes de voeux, est-il encore possible d’être original ?
  • Quand on entend parler de « stratégie multicanale » , de se « démarquer » par rapport aux autres, y-a-t-il encore une place pour le fun et l’intuition dans la création de cartes de voeux du secteur non-marchand ? Cette communication ressemble-t-elle de plus en plus à celle du privé, surtout en période de fin d’année ?
  • Travailler en équipe sur ses valeurs lors d’un atelier sur les cartes de voeux, une activité thérapeutique pour un groupe à la recherche de cohésion sociale ?
  • Vouloir sensibiliser le citoyen sur des enjeux sociétaux en ces périodes de fêtes, n’est-ce pas un peu détruire l’esprit des fêtes ?
  • A force de prôner des valeurs de partage et de solidarité en ces périodes de fin d’année, n’est-on pas en train de les galvauder ?
  • Envoyer une carte de voeux qui fait réfléchir le citoyen, n’est-ce pas une aubaine pour les asbl qui ont là une chance de se différencier parmi la masse de cartes qui se ressemblent toutes ?
  • Faire preuve de solidarité en fin d’année, n’est-ce pas un peu comme faire sa petite BA avant d’entamer une nouvelle année égoïste ? Est-ce juste une manière de se donner bonne conscience ?
  • Le partenariat du privé avec les ONG dans la vente de cartes de voeux n’est-il pas susceptible de compromettre les valeurs éthiques de ces ONG ?
  • Le partenariat du privé avec les ONG dans la vente de carte de voeux, un mal nécessaire ou une opération win-win ?
  • Les cartes de voeux solidaires ne sont-elles pas simplement un marché juteux pour les entreprises commerciales qui les vendent dans la mesure où elles prennent un pourcentage sur les cartes vendues ?
  • Quand on voit la panoplie de cartes de voeux solidaires et leur qualité, y-a-t-il encore une seule bonne raison de ne pas acheter des cartes de voeux solidaires ? Pourquoi tout le monde n’en achète-t-il alors pas ?

Règlement Général sur la Protection des Données

En contactant ou en téléchargeant les Cahiers d'Inform'Action, vous acceptez que l'asbl Inform'Action mémorise et utilise l'adresse e-mail collectée dans ce formulaire dans le but d’améliorer votre expérience et vos interactions avec ses services.

En l’occurrence, vous autorisez l'asbl Inform'Action à communiquer occasionnellement avec vous s’il le juge opportun afin de vous recontacter, vous apporter des informations complémentaires sur ses Cahiers, ses services et ses événements, via les coordonnées collectées dans le formulaire.

Afin de protéger la confidentialité de vos données personnelles, l'asbl Inform'Action s’engage à ne pas divulguer, ne pas transmettre, ni partager vos données personnelles avec d’autres entités, entreprises ou organismes, quels qu’ils soient, conformément au Règlement Général de Protection des Données de 2018 sur la protection des données personnelles et notre politique de protection des données.

Vous pouvez à mettre à jour ou supprimer les données collectées sur simple demande.